Fonds Corneille Jest

Notice biographique

Corneille Jest, né en 1930, est ethnologue, spécialiste des populations de langue tibétaine de la haute chaîne himalayenne et chantre de la multidisciplinarité dans la mesure où les spécialistes des différentes discipline sont des hommes de terrain.

Formé par Charles Parain et André Leroi-Gourhan dans le cadre du Centre de Formation et de Recherche Ethnologique (CFRE), il soutient une thèse de 3e cycle « Le Haut-Levezou. Techniques et économie d’une communauté rurale » en 1960 à la Sorbonne, puis coordonne des travaux sur l’Aubrac. Son premier contact avec l’Himalaya a lieu au Sikkim en 1953. Mais c’est au Népal, découvert en 1960 avec le tibétologue britannique David Snellgrove, qu’il conduit l’essentiel de ses recherches, associé dès ses premiers séjours, en tant que consultant pour l’Unesco, aux projets de conservation de l’héritage culturel du Népal et de vallée de Katmandou. Il séjourne longuement au Dolpo, région du Népal située au nord de la grande chaîne et cadre géographique de sa thèse d’Etat consacrée aux communautés bouddhistes et de langue tibétaine.

Entré au CNRS en 1956, Corneille Jest y fait toute sa carrière. Après avoir succédé à J. Millot à la direction de la Recherche Coopérative sur Programme 65 (dite RCP Népal), hébergée au Musée de l’Homme et composée principalement d’ethnologues, il fonde en 1970 une nouvelle RCP « Ecologie et géologie de l’Himalaya central » (RCP 253) qui, autour d’une aire géographique élargie comprenant désormais le Bhoutan et le Sikkim, s’ouvre à la botanique, la géographie et la géologie, préfigurant le Groupe de REcherches COordonnées (GRECO) Himalaya-Karakorum créé en 1976 et ancêtre de l’UPR 299 « Milieux, sociétés et cultures en Himalaya », fondée en 1985 et renommée « Centre d’Etudes Himalayennes » (CEH) en 2010.

Tout au long de sa carrière, C. Jest s’est attaché à documenter la vie matérielle, s’intéressant à ses différents aspects : agriculture, élevage et commerce ; techniques de fabrication et de transformation, architecture vernaculaire et religieuse, jeux, rituels, contes et chants. Outre plusieurs milliers de photographies (négatifs noir et blanc, négatifs couleur et diapositives), il a réalisé une vingtaine d’heures de film (16 mm et Super 8) et des enregistrements sonores déposés en partie au Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM, CNRS UMR 7186). archives.crem-cnrs.fr/archives/fonds/CNRSMH_Jest/

Il a aussi constitué un herbier de 240 plantes déposé au Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris et collecté quelque 850 objets, remis au musée de l’Homme et conservés désormais au musée du quai Branly. collections.quaibranly.fr/pod16/#461bd937-b26e-4e39-8b7a-d04e8bb9655f.

Présentation du contenu

Le fonds déposé au Centre d’Études Himalayennes couvre les années 1957-2000. Il est composé de carnets et de notes de terrain, de bandes audio, mais surtout d’un ensemble exceptionnel de quelque 20 000 photographies n/b et 7 000 diapositives, témoignage de cinquante années passées à arpenter l’Himalaya d’est en ouest, du Sikkim jusqu’au Ladakh, des hautes régions de culture tibétaine du Népal au nord à la plaine du Teraï au sud, sans oublier la vallée de Katmandou et ses nombreux temples.

A ce fonds ouvert, en cours d’inventaire, s’ajoute un fonds audio-visuel important comprenant 266 bobinos de pellicules 16mm et 25 bobines de pellicules Super 8mm.

5 films réalisés au Népal avec Jean-Dominique Lajoux sont consultables sur le site de CNRS-images ; 3 d’entre eux sont visionnables en ligne http://videotheque.cnrs.fr/index.php?urlaction=docListe

Les objets, documents d’archives, films et photographies concernant les missions de CJ en France (Aveyron, Aubrac) sont conservés au Mucem à Marseille.
www.mucem.org/fr/collections/recherche#search;query=jest


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *