Archives sonores d’Annie-Hélène Dufour

Gens du Val Germanasca (1981-1984)

En collaboration avec Christian Bromberger et Mariano Fresta
Ces enquêtes s’inscrivent dans le cadre d’une recherche collective qui a été menée conjointement avec le département d’Ethnologie de l’Université de Sienne, en Italie, et le département d’Ethnologie de Provence sous la direction de Christian Bromberger. Cette étude portait sur une vallée vaudoise du Piémont, le Val Germanasca. Les informateurs  révèlent comment s’est élaborée au cours du temps une « identité vaudoise » dans cette vallée. Une partie des enquêtes traite du répertoire chanté de trois informateurs. Ils interprètent des chansons en français, en piémontais, en occitan (gavot principalement) et en italien, transmis le plus souvent par écrit dans des cahiers. Le répertoire principal est composé de chansons d’amour, de bergère et de mariage, de soldat et de vin ; d’autres portent sur l’Ancien Testament, sur l’histoire des populations vaudoises et de l’émigration saisonnière vers la France, de faits divers, de gens de mer et de l’amour des montagnes. Ces répertoires chantés régulièrement par les informateurs attestent de la vivacité de la pratique du français. Plusieurs chants sont référencés dans le répertoire des chansons françaises de tradition orale de Patrice Coirault. Quelques éléments sur le contexte de ces interprétations jusqu’au début du 20ème siècle sont apportés au fil des enquêtes. D’autres enquêtes témoignent des multiples aspects de cette identité collective en abordant la vie quotidienne au village, les rites de passage, les vêtements des femmes, les contes de tradition orale, les jeux de l’enfance, les pratiques et l’enseignement religieux.
Nombre d’heures : 45h

En savoir plus sur le blog de la Phonothèque de la MMSH : Chanter français et parler piémontais. Répertoire chanté en Val Germanasca

Identités régionales (1986-1987)

En collaboration avec Thomas Schippers
Au cours de l’année 1986-1987,  Thomas Schippers et Annie-Hélène Dufour ont répondu à un appel d’offres de la mission du Patrimoine Ethnologique (Ministère de la Culture). Il s’agissait de construire une méthodologie de l’enquête qui a permis de définir le sentiment d’appartenance  à différentes unités micro-locales et de délimiter des espaces identitaires dans l’univers mental des informateurs à l’instar des « pays ». Cette recherche s’est accompagnée d’un travail sur l’emploi des langues régionales et sur les causes de la perte progressive de cet usage linguistique. Ces problématiques rejoignent les questions de transmissions familiales et témoignent des évolutions des identités des identités locales.
Nombre d’heures : 4h

Jeux et traditions orales enfantines à Saint-Michel-de-l’Observatoire au milieu du vingtième siècle (1982)

Ce corpus constitué de 7 enquêtes donne une très belle évocation des chants et des jeux traditionnels de l’enfance à travers trois générations dans les Alpes de Haute Provence mais aussi à Marseille.
Nombre d’heures : 5h

Les lieux de sociabilité en Provence (1980-1981)

En collaboration avec Raymonde Malifaud
Annie-Hélène Dufour a mené au cours de l’année 1980-1981 une étude sur les associations, les formes de sociabilité et l’affirmation de l’autochtonie des différents villages du Var. Elle a mis à jour par le biais du fait associatif, les processus d’intégration et de rejet de « l’étranger ». Ces enquêtes révèlent les mécanismes de régulation de la distance sociale mis en place entre ceux qui ont le sentiment d’appartenir à un groupe et ceux qui sont considérés comme étrangers à ce groupe. Ce thème est repris dans le cadre d’études portant sur le Café. Ce lieu de sociabilité par excellence est envisagé alors comme  le vecteur d’échanges et de transmission des signes et des valeurs qui forment la trame du versant masculin de la vie en société.
Nombre d’heures : 2h

Les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois (1983-1988)

C’est dans le cadre de sa thèse, soutenue en 1983, qu’Annie-Hélène Dufour aborde à nouveau la notion d’espace à travers l’étude du territoire maritime étendu. Les rapports de l’homme à l’espace via les marqueurs matériels ne sont plus les mêmes et A.H Dufour a dû adapter sa méthodologie de recherche à ce terrain si particulier. Elle a pût approfondir sa problématique lors d’une nouvelle série de recherches sur les communautés de pêcheurs varois aux Salins- d’Hyères au cours de l’année 1984-1985, puis sur l’ensemble de l’Est varois (du Cap Garonne au Lavandou) en 1986-1987. Ces travaux ont mis en lumière les pratiques et les représentations de l’espace marin des pêcheurs de ces communes. Ces enquêtes ont permis de mettre en valeur les connaissances vernaculaires des fonds, de la flore, de la faune, des conditions météorologiques, des techniques de pêche, de navigation, de fabrication des engins de pêche, de l’organisation professionnelle et sociale, et enfin de l’élaboration des identités professionnelles et locales.
Nombre d’heures : 9h

Pratiques et représentations des espaces en Provence (1977-1983)

En collaboration avec Christian Bromberger et Raymonde Malifaud
A partir de 1979, dans le cadre de son DEA, Annie-Hélène Dufour a mené une première série d’enquêtes dans le cadre d’études se rattachant aux pratiques, représentations et enjeux des espaces en Provence. Les thèmes qu’elle a abordé sont la chasse, le braconnage, la pratique de la cueillette, les marquages et la délimitation de l’espace, la toponymie mais aussi les parcours profanes et religieux au sein de cet espace. Cet ensemble de travaux réalisés entre 1979 et 1980  a constitué le prélude à la thèse d’Annie-Hélène Dufour. Il portait sur une commune du Haut-Var : Collobrières. Durant la même période, Annie-Hélène Dufour a mené une enquête sur le même thème en collaboration avec Christian Bromberger et Raymonde Malifaud. Cette enquête s’inscrit dans un programme pluri-thématique sur l’ethnologie de la Provence en partenariat avec l’office régional de le Culture de la région PACA. L’attrait novateur de ces recherches repose sur un aspect méconnu de la vie de la Provence découvert par A.H.Dufour. En effet, les formes d’habitat et les modes de vies diffèrent dans cette frange littorale de ce qui a été observé au cours d’autres études antérieures. Les rapports entre les différents espaces ne s’articulent pas de la même manière dans ces terrains que dans le reste du territoire provençal. Par ailleurs, ces travaux ont mis en lumière  » […] L’intérêt de ces marges topographiques, économiques, sociologiques où se trouvent la plupart des clefs indispensables à la compréhension de sociétés méridionales : la passion, l’honneur, le goût du risque et du défi […] « , (Annie-Hélène Dufour, 1990). Les thèmes abordés concernent les caractéristiques formelles des espaces bâtis : le cadre géographique, la nature et l’implantation de l’habitat, les dispositions des rues, des places et des monuments. Annie-Hélène Dufour s’est particulièrement intéressée à l’architecture, à la répartition intérieure mais aussi aux techniques de construction, à la propriété et aux usages de la maison, aux manières d’habiter, aux rites et aux symboles s’y rapportant.
Nombre d’heures : 24h

Séminaires et conférences où est intervenue Annie-Hélène Dufour : 2h


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *