Que conserver des archives du chercheur et selon quels critères ? Le cas du fonds Annie-Hélène Dufour

La Phonothèque de la MMSH conserve les archives de l’ethnologue Annie-Hélène Dufour (1947-2002), qui a été enseignant-chercheur à l’Université de Provence Aix-Marseille I (devenue Aix-Marseille Université) et à l’IDEMEC à partir de 1994 jusqu’à son décès le 22 août 2002. Ses travaux de recherche ont porté sur : l’étude des pratiques et les représentations de l’espace en Provence sur différents terrains (terre/mer, espaces cultivés/espaces sauvages, villages urbanisés/campagnes) et à travers différentes pratiques (pêche, chasse, agriculture…) ; la définition et l’expression des identités collectives ; et en fin de carrière, sur l’ethnobotanique à travers les thèmes du platane et du jardinage.
Ce fonds est constitué d’archives sonores sous forme de bandes magnétiques et de cassettes audio, en partie mises en ligne sur Ganoub, base de données en ligne de la Phonothèque. Elles sont accompagnées d’ouvrages, de photographies, de vidéos et d’archives papier. Le traitement de cette dernière partie du fonds a mis en lumière un certain nombre de questions propres au traitement d’archives de chercheur et notamment celle du tri : faut-il tout garder ? Sur quels critères se baser ?
Il est d’autant plus important de se poser la question dans le cas présent car la chercheuse, si elle avait décidé avant son décès de déposer ses archives à la phonothèque, n’a pas eu le temps de préparer ce dépôt en organisant ses archives. C’est au moment du traitement que ce tri s’est imposé1.

Les archives de chercheurs : des archives marquées par une grande hétérogénéité.

En ce qui concerne le fonds Annie-Hélène Dufour, cette hétérogénéité se caractérise tout d’abord une diversité de supports : fiches bristol, carnets, feuilles volantes entières, feuilles volantes découpées en petits morceaux, petits carnets publicitaires, papier A4, feuilles de classeur. Elles reflètent également la diversité des activités de la chercheuse, car au-delà de ses travaux d’études, elle était impliquée dans plusieurs activités scientifiques : l’enseignement, la participation à des conseils scientifiques, ou encore la participation à des séminaires. Elles révèlent ensuite une diversité d’état des documents : les brouillons raturés cohabitent avec des versions finales de publication, ou encore des analyses rédigées et scrupuleusement référencées. Enfin, les archives d’Annie-Hélène Dufour sont le reflet du chercheur au travail : les notes qui s’accumulent, qui sont classées d’une certaine façon, puis d’une autre, les listes de choses à faire, les personnes à contacter sur le terrain, les versions successives d’articles : brouillons, manuscrits, tapuscrits annotés, relectures par des pairs, version finale. Elles sont également le reflet de sa vie personnelle : documents médicaux, photographies de repas entre amis, correspondances où se croisent privé et professionnel…

Que faire des archives de chercheur ?

N’étant ni des archives administratives, ni des archives littéraires, les archives scientifiques ont été prises en considération tardivement par les centres d’archives et par les chercheurs eux-mêmes, car leur place n’était pas clairement identifiée2. Jean-François Bert, auteur de Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ? évoque même l’appellation d’archives « mineures » ou « petites archives »3 concernant les archives du chercheur. Pourtant, chaque document est porteur de contenu, soit parce qu’il transmet des informations issues des enquêtes, soit parce qu’il renseigne sur la méthodologie d’enquête ou la méthodologie d’analyse des enquêtes, ou plus largement sur l’histoire des Sciences Humaines et Sociales.
Les archives de la recherche conservent les résultats mais aussi les différentes pistes qui y ont mené, comme celles qui ont été abandonnées. Ce faisant, elles conservent les traces de l’humain : les doutes, les tâtonnements, les questionnements du chercheur. Elles permettent de suivre la construction de la pensée et du savoir4.
Mais faut-il pour autant tout garder ? Pour le fonds Annie-Hélène Dufour, il nous a semblé important de faire un tri pour plusieurs raisons. En premier lieu, pour des raisons éthiques, puisque Annie-Hélène Dufour n’avait pas pu faire le tri elle-même, il nous a paru indispensable toujours nous demander : aurait-elle voulu que nous gardions ce document ? Que nous conservions cette trace de son travail ? Il est aussi question de la destination de ces archives : quels types de documents pourront être réutilisés ? D’un point de vue juridique (documents dont nous n’avons pas les droits comme certaines archives audiovisuelles), mais aussi scientifique : quelle utilité scientifique potentielle revêt chaque document ? Enfin, pour des raisons plus structurelles : a-t-on les moyens techniques, politiques et humains de tout conserver et décrire ?

Avec quel outil travailler ? Mise en place d’une fiche d’analyse.

Pour effectuer ce travail de tri nous avons créé une fiche d’analyse qui permet de conserver la trace du travail de tri et qui soutient la réflexion en incitant à la formulation par écrit des arguments de conservation ou d’élimination. Cette fiche est consultable ici.

Trier, selon quels critères ? Notre travail de tri a tenu compte des critères suivant :

  • Critères de conservation :  

Intérêt scientifique :
– documents en lien direct avec les axes de recherches nous permettant de comprendre la démarche de la chercheuse, d’enrichir nos analyses
– documents tapuscrits annotés par la chercheuse
– documents qui proviennent de la collecte de terrain
– documents annotés par des pairs
– documents de bonne qualité dans la forme (comme des croquis remarquables)
– documents rares
– communications non-publiées ou publications difficiles à trouver
– documents écrits par des informateurs
– documentation utilisée par la chercheuse pour ses recherches ayant un lien fort avec ses travaux (les cartes par exemples sont très importantes dans sa réflexion, ou encore les brochures dans lesquelles elle a écrit elle-même)

Intérêt méthodologique :
– Documents témoignant de la méthode de la chercheuse, comme ses fiches d’entretiens ou un dossier de documents iconographiques illustrant l’utilisation des images comme outil d’étude ethnographique.
– Documents administratifs témoignant des façons de financer la recherche (dossier des subventions, budgets)
– Documents qui renseignent sur l’histoire des Sciences Humaines et Sociales
– Documents qui renseignent sur les partenaires professionnels, les réseaux, les contacts
– Documents qui témoignent de son implication dans des activités scientifiques autres que ses recherches (comités scientifiques, enseignement)

  • Critères d’élimination :  

Critères formels :
– Doublons
– Documents en mauvais état ou illisibles
– Photocopies de documents originaux conservés par ailleurs

Critères de contenus :
– Notes sans lien avec les travaux de recherche
– Documents édités non-annotés et disponibles par ailleurs
– Sujets d’examen proposés dans le cadre des enseignements donnés par Annie-Hélène Dufour (un sujet a été conservé à titre d’exemple accompagné de son corrigé détaillé rédigé par Annie-Hélène Dufour mais il est inutile de les conserver tous)
– Listings et notes des étudiants données dans le cadre des enseignements donnés par Annie-Hélène Dufour
– Documents administratifs liés à ses enseignements qui sont conservés par ailleurs par l’université ou qui sont trop disparates
– Documentation éditée utilisée par la chercheuse dans le cadre de ses recherches ayant un lien trop éloigné ou trop général

Critères de publications :
– Documents publiés et disponibles en bibliothèque ou en ligne en libre accès (cf. bibliographie documentée), versions sans annotations ou particularité
– Versions intermédiaires de publications (nous avons conservé à titre d’exemple « Une passion pacifique : le jardinage » dans une version brouillon manuscrite + une version tapuscrite commentée, mais nous ne gardons pas toutes les versions de toutes les publications.)

L’équipe de la Phonothèque a soumis cette méthode de tri au regard d’un pair d’Annie-Hélène Dufour dans le but de valider la scientificité de cette démarche.
Au final, ce tri nous a conduit à éliminer 20% des documents. Les archives papier conservées ont ensuite été classées et conditionnées selon un plan de classement thématique suivant les axes de recherche d’Annie-Hélène Dufour, puis par type de documents :

Fonds Série organique Sous-série organique Article
AHD 1 Pratiques et représentations de l’espace en Provence N Notes de la chercheuse de 01 à …
2 Les pratiques et représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois A Documents administratifs
3 Les identités régionales P Publications
4 Les lieux de sociabilité en Provence I Photographies
5 Gens du Val Germanesca T Transcriptions d’entretiens
6 Jeux et traditions orales enfantines à Saint-Michel-L’observatoire D Documentation (cartes…)
7 Le Jardinage E Enseignement
8 Le platane S Séminaires
9 Activités scientifiques : participation à des CS, enseignement, communications dans des colloques C Correspondance
10 Objets
11 Documents personnels
C Carnets de terrain

Une question reste ouverte sur le meilleur lieu pour conserver les archives papiers du fonds. En effet, la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme ne dispose pas des équipements techniques nécessaires pour conserver des documents papier dans de bonnes conditions que ce soit en termes de nettoyage ou de conditions hygrométriques. Ainsi, afin de proposer une meilleure conservation mais aussi une meilleure visibilité du fonds, nous réfléchissons, en concertation avec son laboratoire d’origine, à la possibilité de déposer le fonds dans une institution qui serait plus à même de prendre en charge sa conservation.

Hélène Colombié,
Archiviste, Bibliothécaire

Crédits photographiques : « Annie-Hélène Dufour travaillant à Pertuis » Fonds Annie-Hélène Dufour, conservé à la Phonothèque de la MMSH. Licence CC-BY-NC-ND.
« Annie-Hélène Dufour aux Salins-d’Hyères en 1987« , Fonds Annie-Hélène Dufour, conservé à la Phonothèque de la MMSH. Licence CC-BY-NC-ND.
« Annie-Hélène Dufour observant les pêcheurs au retour de la pêche« , Fonds Annie-Hélène Dufour, conservé à la Phonothèque de la MMSH. Licence CC-BY-NC-ND.

 

  1. Travail effectué par Hélène Colombié dans le cadre d’un contrat de trois mois financé par Huma-Hum, Le consortium des ethnologues et Europeana Sound (overheads). []
  2. Müller Bertrand. « À la recherche des archives de la recherche. Problèmes de sens et enjeux scientifiques, Abstract ». Genèses. 2006, no 63, no 2, p. 4‑24 []
  3. A ce sujet voir le compte rendu de séminaire donné par Jean-François Bert : Colombié Hélène, Giudicissi, Hélène, « Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ?  – Les archives de la recherche, autour du travail de Jean-François Bert, in Les carnets de la Phonothèque, 25 janvier 2017, https://phonotheque.hypotheses.org/21050 []
  4. Bert, Jean-François. Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ? Nouvelle édition [en ligne]. Marseille : OpenEdition Press, 2014 (généré le 21 novembre 2017). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/oep/438>. ISBN : 9782821834620. DOI : 10.4000/books.oep.438. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12/12/2017

    […] – Une belle lecture et pour compléter cette réflexion, cet article vous plongera dans un cas concret de sélection et de valorisation des archives de chercheurs : « Que conserver des archives du chercheur et selon quels critères ? » Le cas du fonds Annie-Hélène Dufour. Par l’équipe de la phonothèque de la MMSH. Consortium Archives des ethnologues [en ligne]. Mise en ligne le 22 11 2017. [consulté le 5 12 2017] https://ethnologia.hypotheses.org/259 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *