Ganoub, base de données de la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) est une phonothèque de recherche, créée à la fin des années 1970 par un historien moderniste, Philippe Joutard et un ethnodialectologue, Jean-Claude Bouvier alors chercheurs au sein du Centre de recherches sur les ethnotextes, l’histoire orale et les parlers régionaux (CREHOP). Avec eux, une équipe pluridisciplinaire composée d’anthropologues, d’historiens et de dialectologues s’était constituée autour du nouveau concept d’ethnotexte. Ils avaient la volonté, au-delà de la simple conservation de leurs enregistrements, d’offrir à ceux qui publiaient à partir d’entretiens de terrain la possibilité de mettre à disposition ces sources, auprès d’un large public. L’idée novatrice était non seulement de recueillir les sources de la recherche mais aussi de permettre une éventuelle réutilisation des entretiens pour la constitution de nouveaux corpus.

En 1997, la phonothèque a intégré la MMSH, nouveau campus de recherche intégrant des laboratoires où nombre de chercheurs utilisaient des entretiens enregistrées pour appuyer leur recherche au sein de l’IDEMEC1, du LAMES2, de l’IREMAM3, de TeLEMME4 ou de la section aixoise de l’Imaf5. Les archives se sont alors ouvertes à l’ensemble de la Méditerranée. Aujourd’hui la phonothèque met à disposition plus de 8000 heures d’enregistrements et reçoit chaque années plusieurs centaines d’heures d’enquêtes de terrain enregistrées ou filmées. Elles sont cataloguées sur une base de données documentaire qui a pris pour nom Ganoub, le Sud en langue arabe ; 3500 heures y sont librement accessibles en ligne, le reste du fonds peut être écouté sur site, sur demande motivée. Les activités de valorisation, les actions participatives de la phonothèque ainsi que des focus sur ses collections et ses méthodes de travail sont présentés sur un carnet collectif.

Une base de données interopérable et diffusée sur les plateformes :

Les fonds de la phonothèque de la MMSH sont disséminés à travers trois standards ouverts d’interopérabilités des métadonnées, le DC – Dublin Core, l’EAD – Encoded Archival Description, l’EDM – Europeana Data Model et exposées sur plusieurs plateformes. Les principales sont Isidore (depuis 2010), le portail du patrimoine oral (depuis 2009) et Clarin (depuis 2017) ; Calames – Catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur et de la recherche (depuis 2013) pour l’EAD, sur la plateforme de l’ABES – Agence bibliographique de l’enseignement supérieur et de la recherche ; Europeana (depuis 2015) pour l’EDM. Pour les fonds qui portent sur le monde arabe, berbère et musulman, la Phonothèque présente également ses fonds au format ISAD-G sur Defter. Pour l’indexation, outre le thesaurus de Ganoub, plusieurs référentiels sont utilisés pour favoriser la recherche : les classifications internationales Sachs-Hornbostel pour les instruments et Aarne et Thompson pour les contes, Id-Ref pour le vocabulaire, GeoName pour les noms de lieux, la norme ISO 639 pour les langues. Le système de catalogage est issu d’une réflexion collective qui a donné lieu à la publication d’un guide d’analyse documentaire du son inédit mis à jour en 2014 librement accessible6.

Des données de la recherche ouvertes et réutilisables :

Dès le début de la mies en ligne des notices documentaires en 1999, les témoins qui se retrouvaient sur la base de données – malgré l’anonymisation des noms de famille – ont sollicité l’équipe de la phonothèque pour obtenir des copies. La phonothèque a donc restitué des copies (d’abord sous forme de CD puis aujourd’hui au format MP3 par le cloud) aux ayants droit en faisant signer des contrats d’autorisation d’utilisation. Très vite une vigilance accrue s’est mise en place sur les questions de droit et d’accès à des données que la dématérialisation des supports nous posait brutalement. Au temps de l’analogique, le support original sur bande ou cassette, devait être protégé. Chaque fois que l’original était écouté, il perdait de sa qualité sonore. Il avait une réelle fonction d' »original », un aspect précieux que l’enregistrement directement numérique a totalement perdu. La conservation, des supports sur la durée, la protection contre la poussière ou des attaques éventuelles des bandes étaient au centre des questions métiers. Internet n’existait pas et les consultations se comptaient sur les doigts de la main. La mise en ligne engagée depuis le début du 21ème siècle a nécessité une réflexion large et collective sur les questions juridiques et éthique pour la diffusion des données sonores dans laquelle le Consortium « Archives des ethnologues » s’est largement engagée.

Une mémoire sonore sauvegardée pour les générations futures :

Les 8000 heures d’enregistrements déposés à la phonothèque de la MMSH nécessitent plus de 8To d’espace mémoire. Outre l’infrastructure mise en place à la MMSH qui permet de travailler, en local, sur l’ensemble des fichiers son. La phonothèque bénéficie d’un espace sur les serveurs de la TGIR Hum-Num. Pour la vidéo, lorsque les données sont libres de droit et téléchargeables, elles sont placées sur les serveurs de Nakala. Il s’agit là d’un archivage intermédiaire puique, toujours avec le soutien de la TGIR Hum-Num, la phonothèque de la MMSH a mis en place un plan de sauvegarde de ses données sur le long terme. Toujours en cours de mise en place, il devrait aboutir à la fin de l’année 2018.

Crédits photographiques de l’image « à la une » : image de la page d’accueil de la base Ganoub.

 

  1. Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative, UMR7307. []
  2. Laboratoire méditerranéen de sociologie, UMR 7305. []
  3. Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman, UMR7310. []
  4. Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée, UMR7303. []
  5. Institut des mondes africains, UMR243. []
  6. Ce guide d’analyse documentaire, publié une première fois en 1999 puis  mis à jour en 2001 a été publié en langue espagnole en 2007 et est en cours de mise à jour dans cette langue. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *