A propos du Consortium “Archives des ethnologues”

The Consortium “Archives of Ethnologists” works with researchers to safeguard and to make available field materials collected during ethnological missions. Ethnologists and archivists work together to identify questions about the uniqueness of these data, the scientific and patrimonial importance of the materials, and the richness and diversity of the societies represented.

Le consortium Archives des Ethnologues, créé dans le cadre de la TGIR Corpus-IR en 2011, elle-même intégrée en 2013 dans la TGIR Huma-Num. Le consortium s’est vu renouveler en 2016.

Depuis 2011, il s’emploie à accompagner les chercheurs, les projets et les bibliothèques de recherche dans la sauvegarde, le traitement, la valorisation et la mise à disposition des matériaux produits lors des enquêtes ethnographiques et liés à l’anthropologie de terrain.

Il s’efforce d’identifier les questions spécifiques qui se posent aux ethnologues devant la singularité de leurs données, l’importance scientifique et patrimoniale de leurs matériaux de terrain, la richesse et la diversité des sociétés dont ils témoignent.

Il s’est donné comme objectif d’améliorer le repérage et l’accès à ces matériaux et de mettre à disposition ces derniers dans le respect de la propriété intellectuelle et de normes éthiques.

Depuis 6 ans le dispositif mis en place par le consortium a ainsi permis :

  • une professionnalisation croissante du travail archivistique (collecte, classement, description, indexation, production d’inventaires) des bibliothèques partenaires ;
  • un important travail de recensement et de localisation des terrains d’enquête et des collections ;
  • l’appropriation des bonnes pratiques de numérisation d’une très grande variété de supports analogiques ;
  • une réflexion poussée sur les questions juridiques et éthiques concernant la production et la diffusion des données de la recherche ;
  • des efforts convergents dans la normalisation des données et des métadonnées, leur interopérabilité et leur dissémination ;
  • le rapprochement d’une quantité importante de collections aux origines communes (archives de chercheurs français) sur les aires culturelles ;
  • un engagement dans l’archivage à long terme des données numériques ;
  • l’intégration de projets de sciences participatives dans ses actions.

Les membres du consortium sont régulièrement consultés dans les projets liés aux archives de la recherche (UMR, ateliers et formations, ANR, Labex, Dariah). Leur expertise et leurs conseils sur l’ensemble des étapes de la vie d’un corpus leur valent une confiance et un appui croissant des laboratoires et des chercheurs.

Afin de donner une cohérence plus forte au travail du consortium, de lui fixer des objectifs communs et de permettre de réaliser des arbitrages, nous avons décidé d’encadrer nos actions collectives par la mise en place d’une politique documentaire : une série d’axes qui guident nos opérations de traitement archivistique, de numérisation, de structuration et de valorisation des données.

Cette politique nous amène ainsi à nous concentrer sur quelques grands ensembles documentaires conséquents dans nos domaines et nos préoccupations :

  • Les savoir-faire (patrimoine immatériel et culture matérielle)
  • Les données de parenté (généalogiques, terminologiques et spatiales)
  • Les littératures orales (mythes, contes, récits légendaires, épopées, chroniques
    historiques, poésie, incantations, proverbes et formes brèves)
  • Ethnomusicologie (musique enregistrée, instruments, voix)
  • Terrains inaccessibles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.