Reconstruction et restitution : retour à Salmé (Népal) après le tremblement de terre

Tristan Bruslé, Géographe, Centre d’études himalayennes, UPR 299, CNRS.

Blandine Ripert,  Ethno-géographe, Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS), UMR 8564, EHESS-CNRS.

Février 2019 a marqué l’aboutissement d’un projet humanitaire lancé en mai 2015 par des chercheurs après que le Népal a été frappé par deux séismes, tuant plus de 9 000 personnes et endommageant plus de 500 000 maisons. Alors que l’émotion touchait la communauté des chercheurs travaillant au Népal, l’idée est rapidement venue d’aider un village particulièrement atteint par le tremblement de terre et dans lequel de nombreux programmes de recherche français avaient vu le jour dans les années 1980 et 1990. Le Réseau Chercheurs Népal (http://reseauchercheursnepal.fr/) fut fondé et une collecte lancée pour une aide d’urgence à Salmé, un village situé à 1850 mètres d’altitude dans le district de Nuwakot au nord-ouest de Katmandou. Après une première aide d’urgence (distribution de riz, de bâches en plastique et de tôle ondulée), la générosité des donateurs nous permit d’envisager une action à plus long terme. Restait à savoir de quoi Salmé avait besoin. Outre la mise en contact avec plusieurs organisations pour organiser par exemple la formation des ouvriers de Salmé aux techniques de construction para-sismiques ou pour trouver des financements et un accompagnement technique à la reconstruction, la concertation avec les villageois, rendue possible par la présence de Blandine Ripert à Katmandou durant les trois années qui ont suivi la catastrophe, a permis d’envisager la construction d’une petite maternité à proximité du poste de santé, lui-même en reconstruction. En 2017, le Réseau Chercheurs Népal confia la construction de la maternité à une ONG de jeunes architectes français, Rock’n Wood[1], qui venait de commencer à travailler au Népal.

Notre rôle de chercheurs spécialistes de la zone, renforcé par une connaissance approfondie de Salmé de la part de certains d’entre eux, constituait pour nous un moyen de mettre en adéquation le souhait exprimé par les Sangamiens (habitants de Salmé) d’avoir une maternité dans leur village et le désir d’être utile de Rock’n Wood, tout en respectant les techniques locales de construction. Les chercheurs du RCN ont accompagné les volontaires français à chacune de leur visite pour s’assurer de leur bonne insertion dans le village, prenant le temps de leur expliquer les us et coutumes à respecter et en intervenant auprès des villageois pour permettre un accueil dans les meilleures conditions. La méconnaissance du népali et du tamang (la langue parlée dans ce village) a cependant limité les échanges entre ces volontaires et les villageois.

Inscrire la maternité dans la durée nécessitait la participation des villageois. Celle-ci fut réelle lors des réunions de concertation, d’accompagnement du chantier mais aussi pendant la construction à laquelle participèrent les villageois de Salmé, contre un salaire journalier. Chaque famille a également fourni une partie du gravier nécessaire au chantier.

Les contraintes d’approvisionnement en matériel de construction, celles liées à la mousson ou à la disponibilité des ouvriers ont retardé le chantier, qui aura duré un peu moins d’un an, réparti sur deux hivers, avec la présence d’une équipe de 3 à 4 volontaires français très compétents dans différents domaines (maçonnerie, taille de pierre, charpente, architecture, etc.).

En février 2019, l’inauguration de la maternité a été l’occasion de remettre formellement les clés du bâtiment aux autorités sanitaires locales, en présence de l’ambassadeur français et de représentants des services médicaux de la région.

Des photos de paysages et de villageois prises à Salmé par les chercheurs français dans les années 1980 et 1990 furent sélectionnées, encadrées et accrochées dans le bâtiment. Une photographie aérienne du versant de Salmé datant de la fin des années 1970 et une photographie des chercheurs français présents à dans le village au tout début des années 1980 furent par ailleurs choisies par l’autorité du village pour être mises dans le bâtiment officiel du village.  Toutes ces photos furent officiellement offertes par l’ambassadeur français, l’ambassade ayant payé leur agrandissement et leur encadrement. D’autres photographies de la même époque, imprimées celles-ci sur des feuilles A4,  furent distribuées aux personnes présentes ce jour-là. Ces dernières ont intéressé surtout ceux qui pouvaient y reconnaître un parent ou un ami, parfois décédé depuis. Parmi les villageois se reconnaissant sur les clichés, certains ne semblaient guère heureux de s’y voir, et moins encore d’être pris en photo devant un portrait d’eux-mêmes évoquant un passé révolu. D’autres, en revanche, se sont immédiatement accaparé les vues de parents aujourd’hui disparus. Un certain nombre s’amusait à reconnaître qui figurait sur les clichés, sans sembler toujours y arriver.  Une chose est sûre, les évolutions du paysage, parfois importantes et souvent très proches, intéressaient moins les villageois que la transformation des individus.

Quelques jours après notre départ, la sage-femme affectée à la maternité nous appelait pour nous annoncer la première naissance ; chaque année, une trentaine sont prévues.


[1] http://www.rocknwood.fr/fr/2017/07/31/salme-naissance-dune-maternite/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.