Fonds sonore de Véronique Arnaud : Traditions, littératures orales et pratiques musicales chez les Yami (Taïwan, 1971-2009)

“Grande pirogue assemblée” (cinedkeran) du lignage Du-Haut, village de Jiraraley (Lanyu, Taïwan), 1975. Photographie. Véronique Arnaud, Taïwan. 1975

Véronique Arnaud, anthropologue et ethnolinguiste, chercheure honoraire au CASE (Centre Asie du Sud-Est, UMR 8170) a recueilli près de 500 heures d’enregistrements sonores (sur bandes magnétiques et cassettes) lors d’un terrain prolongé chez les Yami (actuels Tao) de Botel Tobago, Lanyu (Taïwan) débuté en 1971. La collaboration avec les Tao, population austronésienne apparentée à celles de l’Archipel Batan des Philippines, a pris la forme de nombreux séjours entre 1971 et 2009, tout en suivant le rythme des saisons et de retour en France, d’un travail analytique des données.

La société a été approchée par l’étude de la langue désignée comme “le parler des hommes” (ciriciring no tao) par ses locuteurs, l’examen de la littérature orale recueillie spontanément ou au cours d’enquêtes successives : chants, récits de lignages, mythes d’origine, énoncés rituels, données sur la faune, la flore, commentaires ethnographiques, anecdotes, dictionnaire, transcriptions vernaculaires, traductions en chinois, etc. qui ont donné lieu à plusieurs publications (Cf. bibliographie en ligne), certaines sont en cours en collaboration avec l’Institut de Linguistique de l’Academia Sinica (Taïwan). 

Les Tao de Lanyu, scolarisés en chinois, ont perdu, depuis près d’une dizaine d’années, l’usage de leur langue. Lors d’un dernier séjour à Lanyu, en avril 2017, Véronique Arnaud a ressenti l’intérêt, l’émotion des jeunes générations à l’écoute des chants, des récits de leur père, de leur grand-père, de leur arrière grand-père … et leur grand désir de les ré-apprendre dans leur langue maternelle afin de perpétuer la mémoire de leurs ancêtres.

Depuis que les langues austronésiennes parlées par les 16 groupes de populations autochtones officiellement reconnus par l’Etat sont devenues des langues officielles de la République de Chine de Taïwan (loi du 14 juin 2017), une fondation dédiée à la recherche sur les langues austronésiennes et au soutien de leur diffusion, notamment par le développement de systèmes d’écriture plus complets et de dictionnaires a été créée de même que des matériels pédagogiques et la formation d’enseignants… Depuis 2018-2019, l’apprentissage des langues austronésiennes est favorisé à Taïwan. Le tao, qualifié de “vulnérable” par l’Unesco, est désormais enseigné dans les écoles des différents villages, le collège, les associations, etc. par des professeurs autochtones.

Du fait de l’intérêt scientifique des données collectées, aussi bien pour la linguistique que l’anthropologie et l’ethnomusicologie, le Crem apporte depuis 2013 une assistance technique à Véronique Arnaud pour le traitement de ses archives sonores et la sauvegarde des fichiers numériques (conservés initialement sur plus de 500 CD). En 2018 et 2019, l’aide du consortium ADE a permis de finaliser la numérisation (31 cassettes analogiques restantes), ainsi que de finaliser l’extraction et la mise en ligne de l’ensemble du fonds sonores sur la plateforme Telemeta, hébergée sur la grille de service de la TGIR Huma-Num, permettant ainsi un stockage sécurisée des données et métadonnées. Le travail préparatoire à la mise en ligne à consisté à l’extraction des CD, la création des fiches descriptives avec une documentation sommaire, au renommage des fichiers et à leur import (manuel ou en masse). 

Le corpus est actuellement décrit par mission et par support, selon le modèle de données utilisé par le Crem (modèle interne) avec une correspondance en Dublin Core disponible en ligne. Les métadonnées (descriptives et d’annotation) sont disponibles sous différents formats (export possible depuis Telemeta aux formats CSV, XML, SQL, Json). 

Le corpus est organisé en 11 collections (par mission de terrain) et représente actuellement 432 heures d’enregistrements disponibles en lignes et 2750 annotations temporelles : http://archives.crem-cnrs.fr/archives/corpus/CNRSMH_Arnaud 001/

400 fichiers wav sont en ligne. Environs 200 fichiers wav seront ajoutés en 2019 (soit environs 200 heures supplémentaires).

La mise en ligne des fichiers a permis à Véronique Arnaud de travailler régulièrement depuis 2013 sur son corpus : saisie complémentaire de la documentation, écoute et analyse des enregistrements,  saisie d’annotations temporelles des fichiers en ajoutant la transcription et la traduction des contenus (effectuée en partie sur le terrain avec les locuteurs). 

La finalisation du traitement nécessitera de présenter le corpus à un niveau de granularité plus fin (actuellement au niveau support). Le travail restant est l’indexation (découpage et éventuellement fusion) des fichiers en unités documentaires plus fines (en collaboration directe avec Véronique Arnaud et selon les annotations temporelles) et la répartition de la documentation et des annotations en fonction, afin de faciliter l’accès et la compréhension du corpus.

Ce corpus est en accès restreint le temps du traitement (pour la consultation des données sonores), il est déjà consultable sur la plateforme Telemeta pour les utilisateurs disposant d’un compte individuel (compte attribué aux chercheurs et étudiants sur demande écrite et motivée au Crem). Les métadonnées sont en accès public. Ce corpus est destiné à être partagé sous licence CC-BY-NC-ND.

Une fois l’indexation et la reprise du fonds finalisées, l’objectif sera d’organiser une opération de restitution de la totalité des enregistrements à la communauté d’origine, en collaboration avec le Taiwan National Museum of Prehistory de Taitung, musée sur les Austronésiens (en général).

Véronique Arnaud est lauréate 2017, du prix de la Fondation culturelle franco-taïwanaise attribué conjointement par l’Académie des sciences morales et politique de l’Institut de France et par le Ministère de la Culture de Taïwan.

Billet rédigé par Véronique Arnaud et Aude Julien Da Cruz Lima.


aude Julien Da cruz lima

Ingénieur d’études au CNRS depuis 2009, Aude Julien Da Cruz Lima est chargée de la gestion et de la valorisation des ressources documentaires du Centre de Recherche en Ethnomusicologie (Lesc UMR 7186 CNRS – Université Paris Nanterre). Elle participe au développement de la plateforme web collaborative Telemeta pour la consultation des archives sonores CNRS-Musée de l’Homme et au dispositif de consortium de la TGIR Huma-num (MUSICA sur 2014-2017 puis Archives des Ethnologues sur 2018-2019), ainsi qu’à différents projets de recherche ou de valorisation du patrimoine : ANR Diadems, labex Les passés dans le présent (Les sources de l’ethnomusicologie), UPL Atmah, Europeana Sounds, ANR Anthropen.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.