Récits de vie de Français au Liban en 1975 : publication du fonds Jean Métral

À l’heure où la communauté scientifique souhaite rendre les données plus accessibles1, le Bulletin de l’AFAS. Sonorités entreprend de faciliter la mise à disposition des archives sonores enregistrées sur le terrain par les chercheurs en sciences humaines et sociales, leur citation et leur réusage, en publiant des instruments de recherche sous un format de « numéro spécial  »2. Le premier des numéros porte sur un fonds demeuré inédit pendant plus de 40 ans à la suite de l’arrivée d’une guerre civile, celle du Liban en 1975.

En mai 2013, je me rends à Lyon à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM), où je rencontre France Métral qui souhaite numériser et voir traiter par la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) un fonds de 70 bandes magnétiques. Soigneusement rangées dans deux boîtes à chaussures, dans leurs boîtiers en carton, elles sont restées dans un placard depuis leur retour en France3.

Traitement audiovisuel : Photographie du dépôt d'un fonds sonore constitué de bandes analogiques, vue 1. 2013-04-10 Loukou Eleni

Une information sur l’existence d’une phonothèque de recherche à Aix-en-Provence a décidé France Métral à se replonger dans cet ancien projet de recherche, initié par son époux, le sociologue Jean Métral. À ce moment-là, elle n’imagine pas encore que les voix enregistrées puissent toujours être écoutées. La surprise et l’émotion de retrouver la voix de son mari, celles de ses collègues et amis, dont beaucoup ont disparu, sont fortes lorsque nous lui envoyons les premiers fichiers numériques.

Après le temps de la numérisation et de la découverte du contenu vient le temps du traitement archivistique qui durera presque cinq ans. France Métral a documenté la biographie de son époux4, suivi le travail des archivistes tout le long du processus de numérisation, d’analyse et de recherche des droits ; Hélène Guidicissi a encadré la plupart de celles et ceux qui ont œuvré à la réalisation de ce catalogue. France Métral a tenté de retrouver une partie de sa documentation pour contextualiser ce fonds, mais presque tout a disparu dans le départ précipité de la guerre civile au Liban. Dans ses recherches, elle a déniché un texte qui n’avait pas pu paraître dans l’hommage dédié à son mari5, vous le trouverez dans les textes introductifs.

Dans la lignée de cet hommage, Virginie Milliot qui avait suivi les cours de Jean Métral dès le début de ses études d’anthropologue, retrace également, avec beaucoup de sensibilité, la présence de ce sociologue au cœur de l’université et de la cité. Ce témoignage nous importait, car, si Jean Métral a finalement peu publié6, ses enseignements, son écoute et la qualité des échanges réflexifs à propos des travaux des autres revenaient souvent à son évocation. Et si cette expérience libanaise de l’enregistrement de son terrain ne s’est pas conclue par une publication, l’influence de Jean Métral sur l’histoire orale a tout de même été considérable puisqu’il a contribué à son développement en s’associant à une grande enquête orale sur la mémoire ouvrière menée par l’historien Yves Lequin quelques années seulement après son retour du Liban7. Par ce travail collectif, il a engagé un rapprochement, novateur à cette époque, entre anthropologie et histoire et il a favorisé la circulation des méthodes de recherche et d’enquête dans une période où la discipline historique découvrait les enquêtes de terrain, l’entretien et l’oralité8.

À ce titre, il nous a semblé essentiel de recontextualiser la méthode d’entretien alors de mise en sociologie en 1975. Elisabeth Longuenesse, amie des « Métraux » de longue date, nous la présente. Il faut à ce propos rappeler que Jean Métral avait certainement envisagé de réaliser un échantillon représentatif des expatriés de langue française sur lesquels reposait sa recherche mais que le corpus a été en partie détruit par le départ soudain du couple. Certains ne pourront plus être écoutés – comme celui avec Dominique Baudis (1947-2014) alors coopérant à Beyrouth dont le nom reste juste une trace sur une feuille de papier. Les fiches des témoins, elles aussi, n’ont pas été conservées. Il a fallu reconstruire les identités à partir des enregistrements. Il reste que les 65 portraits dressés par ces entretiens offrent un échantillon socialement ouvert bien au-delà du monde académique dans lequel travaillait Jean Métral à l’École supérieure des lettres. Il s’agit principalement d’hommes (10 femmes, 48  hommes) ou de couples (5) coopérants militaires, cadres d’entreprises, enseignants, avocats, journalistes, jésuites, architectes, archéologues… Toutes et tous évoquent leur expatriation – parfois toute récente – puis leur intégration au Liban – parfois de plusieurs décennies –, leurs loisirs, leur vie de famille, leurs amis français et libanais.

L’ambition de cet instrument de recherche est que ces archives puissent être réutilisées le plus largement possible, et pas seulement dans un cadre académique. Les introductions n’ont pas l’objectif de présenter la période historique, mais bien le contexte de production des entretiens, même si un index des événements historiques revient sur les faits évoqués par les différents témoins (p. 118-120). L’ensemble des index (mots-clés, lieux et périodes citées, nom des témoins) sont là aussi pour éclairer et préciser cet instantané de Beyrouth en 1975. Le travail n’est pas terminé. Nous continuerons à mettre à jour et à enrichir le catalogue en ligne du fonds disponible sur la plateforme Calames – Catalogue des manuscrits et des archives de l’enseignement supérieur et de la recherche7 . Les fichiers numériques sont, eux, conservés sur le long terme, avec leurs métadonnées, sur les serveurs du CINES – Centre informatique national de l’enseignement supérieur et de la recherche  –, avec le soutien de la très grande infrastructure de recherche (TGIR) Huma-Num. Signalons enfin que ce travail archivistique a été l’occasion de la mise en place d’une collaboration scientifique entre la MMSH et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) dont le site est aujourd’hui à Beyrouth dans les bâtiments de l’ancienne l’École supérieure des lettres (ESL). Plusieurs « anciens » de l’ESL ou de l’IFAPO (Institut français d’archéologie du Proche-Orient) et du CERMOC (Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain) – anciennes structures de l’Ifpo – se retrouvent parmi les témoins comme André Bourgey, George Tate, Mireille Dunand – évoquée dans le portrait de François Billacois –, Michel Seurat9… Aujourd’hui, l’équipe de la phonothèque continue de rechercher les droits d’utilisation de ces archives pour permettre leur mise en ligne. Traversant un peu plus de quarante années, cette recherche nous a poussée à débuter une « enquête sur l’enquête » (p. 96-99) en interrogeant d’anciens témoins, revenant sur leur récit de vie et contextualisant le projet de Jean Métral.

fonds métral

Cette mise en ligne se poursuit, et pour celles ou ceux dont nous n’avons pas encore trouvé trace, une copie numérique des entretiens peut être écoutée sur place, sur le site d’Aix-en-Provence à la phonothèque MMSH comme à Beyrouth, à la médiathèque de l’Ifpo. Ce catalogue est publié au moment où se prépare la commémoration du centenaire de la déclaration du Grand Liban proclamé le 1er septembre 1920 mais aussi en plein cœur du grand mouvement de révolte qui a débuté le 17 octobre 2019 : c’est maintenant aux citoyens, aux chercheurs, aux artistes, aux étudiants – qu’ils ou qu’elles soient de s’emparer de ces archives sonores pour continuer à produire de la connaissance sur le Liban.

Télécharger le n° : « Catalogue documentaire du fonds Jean Métral publié par la phonothèque de la MMSH », Bulletin de l’AFAS. Sonorités, n°1 hors série, 134 p. Version électronique, 8-11-97301-10-979 : ISBN 9537-2109 : ISSN. Version imprimée, 7-05-97301-10-979 : ISBN 7529-1246 : ISSN.

Les exemplaires papier du numéro peuvent être acquis sur la librairie d’I6Doc au prix de 19.5 euros.

Le fonds décrit sur Calames : http://www.calames.abes.fr/pub/ms/FileId-2157

Les billets de blog parus sur sur Les carnets de la phonothèque présentant le fonds Jean Métral : 

Hélène Giudicissi, « La semaine de l’access week 2017 : lundi. Un architecte d’origine belge parle de sa passion pour son métier et décrit son parcours professionnel au Liba de 1961 à 1975 »,  Les carnets de la phonothèque, 23 octobre 2017, https://phonotheque.hypotheses.org/22785

Delphine Gillain, “Diffusion d’un corpus inédit d’archives orales (Fonds Jean Métral),” Les carnets de la phonothèque, 11 juillet 2016, https://phonotheque.hypotheses.org/19778

Delphine Gillain, “Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives orales”, Les carnets de la phonothèque, 11 juillet 2016, https://phonotheque.hypotheses.org/19645

Delphine Gillain, “Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975”, Les carnets de la phonothèque, 11 juillet 2016, https://phonotheque.hypotheses.org/19543.

Crédits photographiques : Traitement audiovisuel : Photographie du dépôt d’un fonds sonore constitué de bandes analogiques, vue 1. 2013-04-10, Eleni Loukou – André Leroi-Gourhan (1911-1986), invité lors d’un colloque organisé par l’École supérieure des lettres de Beyrouth, visite le site archéologique d’Echmoun près de Saïda en 1971 guidé par Maurice Dunand (1898-1987). De gauche à droite : M. Dunand, A. Leroi Gourhan, J. Métral. Photographie d’Olivier Aurenche (1972) – Images sous licence CC-BY-NC

  1. Ce billet et une forme de reprise de l’éditorial de l’édition papier du fonds Métral, parue en 2019, librement accessible en ligne sur le site de l’AFAS et dont les exemplaires papier sont en vente sur la librairie électronique I6DOC.  Au moment où l’Europe est au coeur de la pandémie du COVID19 et que la population est confinée, l’AFAS a choisi de mettre en ligne librement le PDF du numéro spécial de la revue comme de nombreux autres éditeurs d’ouvrage et de revues. L’éditorial, rédigé en décembre 2019, fait lui allusion à la Feuille de route pour la science ouverte du CNRS, 18 novembre 2019 : http:// www.cnrs.fr/sites/default/ files/press_info/2019-11/ Plaquette_ScienceOuverte.pdf []
  2. Merci à Arnaud Chabrol, responsable de Diacrite édition, de son travail éditorial. Cet instrument de recherche a pu être publié grâce au soutien de la MMSH et du consortium des ethnologues (TGIR Huma-num). Ajoutons que la rétroconversion du traitement archivistique sur Calames a été financé en partie par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur et de la recherche – ABES. []
  3. Hélène Loukou qui a suivi un stage à la phonothèque de la MMSH à cette période a réalisé des photos du dépôt du fonds Métral qui rendent bien compte du rangement du chercheur : deux boites à chaussures achetées  à Beyrouth. []
  4. France (ou parfois Françoise) Métral a rédigé la notice biographique de ce catalogue qui a également été publiée sur Wikipedia par Delphine Gillain alors en stage à la phonothèque de la MMSH : https:// fr.wikipedia.org/wiki/ Jean_M%C3%A9tral []
  5. Jean Métral, Les « implications vigilantes » d’un ethnologue du monde contemporain, Lyon, Association Rhône-Alpes d’anthropologie, 2003. []
  6. Après son départ brutal du Liban en 1975, Jean Métral ne tentera plus de rédiger de thèse d’État. Sa bibliographie rédigée par l’équipe de est partagée en ligne : https://www.zotero.org/groups/2413458/ fonds_jean_mtral – si le lecteur·trice note des manques, merci de nous les signaler pour que nous les ajoutions. []
  7. Yves Lequin et Jean Métral, « À la recherche d’une mémoire collective : les métallurgistes retraités de Givors », Annales, 35-1, 1980, p. 149-166. []
  8. Florence Descamps, préface de Patrick Fridenson, Archiver la mémoire : de l’histoire orale au patrimoine immatériel, Paris, France, Éditions EHESS, 2019, p. 54, http://www.calames. abes.fr/pub/ms/ FileId-2157 5 []
  9. Rappelons que les archives de Michel Seurat ont également entièrement numérisées et  traitées à la phonothèque de la MMSH et qu’elles sont accessibles en ligne lorsque les questions éthiques et juridiques le permettent sur la plateforme Calames. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.