Fonds Gérard Toffin

Notice biographique

Après une formation en ethnologie/sociologie à la Sorbonne et à l’EPHE (Eprass), Gérard Toffin (né en 1947) prépare dans un premier temps une thèse de troisième cycle en ethnologie sur les tribus pastorales du Balouchistan iranien sous la direction de Maxime Rodinson. Il change d’orientation en mai 1970 suite à sa nomination comme attaché culturel près l’ambassade de France à Katmandou et lecteur à l’université Tribhuvan -Darbar School (poste VSN).

Il choisit de travailler sur les Newar de la vallée de Katmandou et effectue en 1971-1972 un terrain de huit mois dans un village d’agriculteurs Newar (Pyangaon, district de Lalitpur), village qu’il a visité régulièrement l’année précédente. En 1973, il soutient sa thèse de troisième cycle (direction Lucien Bernot) sur la civilisation matérielle des paysans Jyapu Newar.

Intégré en 1975 au CNRS, Gérard Toffin crée en 1985 l’unité « Milieux, cultures et sociétés en Himalaya » (UPR 299) qu’il dirige jusqu’en 1995. Il enseigne, par ailleurs, à l’Inalco (1975-2012) et à l’EHESS (1982-1989).

Ses recherches s’orientent dans cinq directions principales :

  • La société et la religion newar, avec des terrains à Pyangaon et dans la petite ville de Panauti (district de Kabrepalanchok), mais aussi chez les paysans Jyapu de la ville de Katmandou, des travaux sur les castes de spécialistes religieux et d’artisans (peintres Chitrakar, presseurs d’huile Manandhar, imprimeurs de tissus Ranjitkar) et, plus récemment, une étude sur le théâtre et les danses newar.
  • Les Tamang de l’ouest du Népal (haute vallée de l’Ankhu Khola, district de Dhading) et le village de Salme (Nuwakot district), de 1974 à 1985 : vie agro-pastorale, organisation sociale, habitat, ressources de la forêt et ethnobotanique.
  • Les groupes ethniques aux marges de la culture newar de la vallée de Katmandou, notamment les Pahari (ou Pihi, villages de Shikarpa et Kodku, en 1974-1975) et les Balami (principalement Pharping et Pulcok, de 1976 à 2012).
  • La secte vishnouite réformiste des Pranami au Népal (vallée de Katmandou, districts de Kabre et de Jhapa dans l’est du Teraï oriental) et en Inde du Nord (Haryana, Madhya Pradesh, Gujarat, Bengal) de 2002 à 2010 ; une étude qui s’est élargie aux nouveaux mouvements religieux au Népal.
  • Les classes moyennes urbaines au Népal, en particulier dans la ville newar de Patan (2009-2016).

Village (détruit à présent) de Salmé (photo GT)

Au total quelque huit ans de séjour au Népal et plusieurs mois en Inde, qui ont donné lieu à de très nombreuses publications. Pour une liste de ces dernières et une présentation détaillée de la carrière et des thématiques scientifiques de Gérard Toffin : http://gtoffincnrs.blogspot.fr

Moisson à la baguette (photo GT)

Présentation du contenu

Le fonds Gérard Toffin est un fonds ouvert, versé au CEH (Centre d’études himalayennes) depuis 2016.

Il comprend des archives personnelles (courrier scientifique, ensemble des carnets de terrain), des thèses, des dossiers préparatoires de publications, des dossiers de recherche, des cartes, des livres (en newari et népali ; en anglais, allemand et français) et des photos (négatifs noir et blanc, diapos couleur, numériques).

Chamane (photo GT)

Par ailleurs, une collection d’une cinquantaine d’objets newar et tamang, collectés dans les années 1970, est enregistrée au musée du Quai Branly sous son nom : http://collections.quaibranly.fr

Le fonds a fait l’objet d’un premier classement, à la suite duquel les négatifs et diapositives ont été nettoyés et reconditionnés dans des pochettes neutres. La  numérisation a débuté avec une sélection de diapositives sur les Tamang de l’ouest du Népal, faisant écho au travail de valorisation déjà entrepris sur le fonds Corneille Jest concernant les zones touchées par le tremblement de terre de 2015. Renseignées, ces images sont en accès public depuis 2017 sur la plateforme ODSAS (https://www.odsas.net/set/2424), à disposition des populations concernées et des équipes travaillant à la reconstruction.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.