À la naissance de l’ethnologie française. Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939)

Le site À la naissance de l’ethnologie française. Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939) présente une somme de documents et d’analyses sur sept missions ethnographiques, dont l’emblématique Dakar-Djibouti. Il est le résultat d’une collaboration entre trois partenaires : la Bibliothèque Éric-de-Dampierre du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, la Bibliothèque nationale de France et le musée du quai Branly – Jacques Chirac, et a été réalisé au sein du labex  Les passés dans le présent porté par l’Université de Paris Nanterre.

Plusieurs fonds d’archives de la bibliothèque Éric-de-Dampierre ont joué un rôle essentiel dans la genèse du projet. Il s’agit des fonds Dakar-Djibouti, Marcel-Griaule, Gaston-Louis-Roux, Denise-Paulme, André-Schaeffner, Solange-de-Ganay et Jean-Paul-Lebeuf. Ces fonds rassemblent  une part importante des documents rapportés par une mission ou par l’un de ses membres. Or une partie significative de ces matériaux de terrain sont également conservés aujourd’hui par les deux autres institutions partenaires du projet : si les notes de terrain et une partie des photos prises au cours des missions sont à la Bibliothèque Éric-de-Dampierre, les manuscrits éthiopiens sont à la Bibliothèque nationale de France, et les objets, les peintures éthiopiennes et l’autre partie des photos sont au musée du quai Branly.

Depuis le début des années 1990, le Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC) et le Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS, Collège de France, CNRS) menaient une politique de sauvegarde des archives des ethnologues et des ethnomusicologues et une réflexion, en collaboration avec des collègues européens, américains et africains, autour des questions posées par la ré-analyse des matériaux de terrain et l’élaboration d’un modèle de valorisation des archives respectueux des normes éthiques.

Le site a été réalisé dans la continuité de cette réflexion avec un double objectif : valoriser les collections ou les fonds d’archives ethnographiques de chaque partenaire, et éclairer l’institutionnalisation de l’ethnologie française, en mettant à la disposition du public une somme de documents et d’analyses sur les missions effectuées en Afrique subsaharienne par la nouvelle génération d’ethnologues de métier.

Entre 1928 et 1939 en effet, près d’une dizaine d’expéditions à destination de l’Afrique sont organisées par les élèves de l’Institut d’ethnologie, établissement universitaire fondé à Paris en 1925. Pour les étudiants français qui se destinent à une carrière d’ethnologue, partir sur un terrain ou, mieux encore, diriger une mission ethnographique est désormais une étape incontournable de leur parcours professionnel et un moyen de faire leurs preuves. Marcel Griaule, l’un des premiers élèves de l’Institut d’ethnologie, est d’ailleurs le chef de la plupart de ces expéditions avant d’être élu, en 1942, à la première chaire d’ethnologie de l’université française.

Par leur succès médiatique, leurs méthodes et la quantité de matériaux rapportés, ces expéditions collectives, et tout particulièrement la mission Dakar-Djibouti, contribuent à la reconnaissance de l’ethnologie française et au développement de ses deux institutions phares : l’Institut d’ethnologie, déjà mentionné, et le Musée d’ethnographie du Trocadéro, rénové à partir de 1928 puis remplacé par le musée de l’Homme en 1938.

Les archives et les collections ethnographiques conservés aujourd’hui par les trois institutions partenaires sont la première source d’information et d’illustration des articles mis en ligne sur ce site. Ces textes explicatifs rédigés par des chercheurs spécialistes présentent le déroulement des missions, leurs résultats, leurs méthodes, leur contexte ainsi que leurs différents acteurs (individuels, associatifs et institutionnels). On y découvre les événements qui ont ponctué les 7 missions réalisées entre 1928 et 1939, la plupart dirigées par Marcel Griaule, la biographie de 20 des membres  de ces missions, notamment l’itinéraire des chercheurs,  parmi lesquels plusieurs femmes, et la vie de 14 des collaborateurs africains grâce auxquels ont été collectées tant de données. D’autres textes retracent minutieusement les méthodes d’enquête utilisées, sous neuf entrées, comme les différentes manières de collecter les objets, ou la photographie aérienne et le cinéma ethnographique débutant. Des événements, comme les expositions organisées jusqu’à nos jours avec les objets collectés lors de ces missions, et divers aspects du contexte social et culturel de ces missions sont également présentés.

Grâce à leur numérisation massive, que le labex a rendue possible, la complémentarité de ces ressources archivistiques et muséales apparait sur le site qui réunit virtuellement fiches, carnets, objets et photographies en créant des liens entre les différentes bases de données et entre les divers fonds d’archives. D’autres références archivistiques et l’ensemble des références bibliographiques existantes sur ces missions ethnographiques sont également signalées de même que les  publications des membres des différentes missions, parfois de façon exhaustive. Un grand nombre de ces références sont accessibles en texte intégral sur le site Gallica de la Bibliothèque nationale, sur Persée, Revues.org ou HAL-SHS. Au total, le site contient à ce jour 38640 items ou notices, dont 743 images, 2000 références bibliographiques et 44 archives sonores auxquelles il donne un accès direct.

Ce site a donc été conçu à la fois comme un outil de recherche et de partage des connaissances. Si l’un de ses objectifs est de valoriser les ressources, et bien que ces archives soient en grande partie numérisées, le site ne met en ligne qu’une sélection raisonnée de documents représentatifs des méthodes, des résultats ou des parcours biographiques analysés par les différents spécialistes. Un des buts était de mettre en place un modèle réutilisable pour la valorisation des fonds d’archives et des travaux afférents, et un mode de valorisation éthique d’un type d’archives « sensibles ».

Le travail d’éditorialisation a été mené par des chercheurs fins connaisseurs de ces archives, qui ont choisi parmi les documents numérisés, ou ont fait numériser, des échantillons servant de témoignages et d’illustrations à leurs analyses. Cette sélection et cette contextualisation permettent de valoriser les corpus d’archives dans le respect des principes éthiques concernant la diffusion des documents de terrain.

Sophie Blanchy (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.