Le consortium « Archives des ethnologues » engagé dans la médiation scientifique et les sciences participatives

Depuis le rapport remis par Gilles Boeuf, Yves-Marie-Allain et Michel Bouvier à la Ministre de l’Écologie en  janvier 2012 sur l’apport des sciences participatives dans la connaissance de la biodiversité, d’autres rapports ont été diffusés1, mais aucun d’eux ne s’est jusqu’ici intéressé au domaine des sciences humaines et sociales. Le Consortium « Archives des ethnologues » considère pourtant – comme le soulignaient les conclusions du rapport de 2012 – que « les sciences participatives sont aujourd’hui un fait de société (…) et doivent très sérieusement être prises en considération ».

Le projet de plateforme Transcrire est l’un des exemples de réalisation du Consortium « Archives des ethnologues » dans ce domaine.  Outil de transcription collaborative en ligne, Transcrire propose à chacun, chercheurs comme publics amateurs, de contribuer à la transcription de documents manuscrits numérisés par les bibliothèques de recherche partenaires et provenant de fonds d’archives scientifiques2. Le projet est parti de la publication et de la transcription des carnets de terrain de Raymond Mauny, archéologue africaniste (1912-1994) sur la plateforme Hypothèses. Au vu des retours et de l’intérêt suscité, l’idée a germé de réaliser une plateforme où tout un chacun pourrait soutenir la transcription de matériaux de terrain de chercheurs en sciences humaines et sociales.

La richesse et l’esthétique des carnets de terrain de scientifiques, des fiches ethnographiques, des correspondances, ont été des atouts pour attirer des publics amateurs. Les résultats de ce travail de déchiffrement offrent maintenant une exploitation nouvelle et plus aisée de ces documents par les chercheurs.

Aujourd’hui la plateforme diffuse en ligne une partie des collections du consortium comme de ses partenaires, elle est un support au travail des chercheurs et une belle expérience des pratiques de crowdsourcing dans nos institutions.  Le compte Twitter de la plate-forme permet de communiquer sur le projet et d’animer la communauté des transcripteurs.

  1. Comme, par exemple, celui remis Najat Vallaud-Belkacem, alors Ministre de l’Éducation Nationale de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et à Thierry Mandon, Secrétaire d’État à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche sur « Les Sciences Participatives en France » en février 2015, rédigé sous la direction de François Houllier, Président-Directeur général de l’Inra, l’Institut national de la recherche agronomique, accessible en ligne. []
  2. Au sein du consortium, Fabrice Melka, IMAF, mène le projet qui a été lancé en février 2016. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.